Benjamin: « J’ai eu le cœur transpercé. »

© Laurence Meurville

© Laurence Meurville

Benjamin

Le cœur transpercé

A l’adolescence, Benjamin fréquente medium, astrologue, voyante… Un accident qui aurait pu être fatal lui fait quitter cet environnement. Il rencontre le Dieu d’amour.

Après la perte de deux enfants (l’un in utero et l’autre juste après la naissance), ma mère s’est éloignée de la foi chrétienne. Puis elle est de nouveau tombée enceinte et c’est dans une grande angoisse qu’elle m’a attendu. Un peu plus tard, des personnes lui ont proposé de rejoindre un mouvement mené par un medium qui disait guérir les malades en invoquant les esprits des morts.

De mon côté, tout petit, j’ai sans doute fait une expérience de Dieu. Mes parents m’ont souvent raconté qu’à 4 ou 5 ans, le jour de Pâques, j’ai crié : « Alléluia, Jésus est vivant ! Le Christ est ressuscité ! »

À l’adolescence, en pleine interrogation existentielle, j’ai suivi maman sur ses chemins de traverse. Une de ses amies m’a fait mon thème astral. Elle m’a dit des choses assez vraies puis cette phrase terrible : « Tu es malheureux parce que tu ne voulais pas venir sur terre. Tu es là mais tu ne voulais pas exister. » Ces mots m’ont enfermé dans un schéma de mort. Je n’avais plus ni futur ni avenir. J’ai perdu le sommeil, mes repères. Je vacillais intérieurement. Puis ma mère, toujours pour m’aider, m’a présenté le medium et une voyante. Plus ils me donnaient des conseils et plus j’étais angoissé et enfermé en moi-même.

Electrochoc

En parallèle, je faisais partie d’un groupe de rock. Lors d’un concert, j’ai été électrocuté sur scène. Je suis tombé et quand je me suis réveillé, tout le monde était autour de moi. On m’a raconté que mon cœur s’était arrêté de battre pendant un certain temps. J’ai eu alors comme un deuxième électrochoc : ma vie aurait pu s’arrêter, mais quel sens avait-elle ? Alors, bien que le medium essaie de m’en empêcher et que les médecins me le déconseillent car j’ai un problème d’audition, j’ai décidé d’intégrer une école liée à la musique, située loin de mon environnement habituel.

« J’ai vu le fil de ma vie en accéléré »

Le jour de mon arrivée, j’ai rencontré deux étudiants chrétiens logés dans le même foyer que moi et qui faisaient la même école. Ils m’ont accueilli et témoigné de leur foi en Jésus. Très vite, j’ai perçu qu’ils avaient une joie que je n’avais pas. J’étais à l’époque habillé tout en noir, à la recherche de la mélancolie. Ils me parlaient de résurrection, et je leur répondais réincarnation, de prière, et moi, de méditation mais j’étais interpellé. Ils m’ont incité à lire la Bible. Mais je la lisais et je ne comprenais rien. Ces jeunes m’ont alors invité à un groupe de prière. La joie des gens m’a mis très mal à l’aise. Je ne me sentais pas à ma place. Il y a eu une parole de connaissance (1) : « Un homme vient ici pour la première fois, il est loin de Dieu. Le Seigneur veut le rejoindre et le toucher ce soir. » Cette parole à peine terminée, mon cœur a été comme transpercé. J’ai vu le fil de ma vie en accéléré, mon éloignement de ce Dieu de ma toute petite enfance et j’ai ressenti une immense tristesse de contrition. Deux personnes ont prié pour moi et à ce moment-là, j’ai fait l’expérience de l’amour du Père. Je baignais dans une joie indescriptible. J’étais dans les bras du Père, je retrouvais son amour, sa bonté. Je me sentais chez moi. Cela a duré une heure ou deux.

J’ai commencé à fréquenter ce groupe de prière, à dévorer la Parole de Dieu. Encore marqué par des schémas initiatiques, ma crainte était de ne pas savoir prier. On m’a conseillé de prier en m’adressant à Jésus. C’est ce que j’ai fait et très vite, toute ma mélancolie a disparu sous l’effet d’une joie libératrice. Avant, on me présentait un Dieu impersonnel, une sorte de magma d’énergie dans lequel il fallait se fondre. Le Dieu que je venais rencontrer était à l’inverse une Personne vivante et infiniment aimante.

J’ai commencé à témoigner autour de moi. Il y a eu beaucoup d’obstacles au début puis peu à peu, Dieu a touché les cœurs et toute ma famille est revenue vers l’Église. Quelque temps après sa conversion, maman est décédée subitement. Elle avait rejoint Dieu définitivement.

Une parole inspirée par l’Esprit Saint et qui annonce une action de Dieu dans un cœur.

Propos recueillis par Laurence Meurville/Il est vivant! pour L’1visible (avril 2015)

 

One comment

  1. Merci pour ce magnifique témoignage de Benjamin… ce passage de la mort à la vie ! L’Esprit Saint souffle dans les coeurs et change le cours de nos vies ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Leave a Reply