Annie : « Mariée à un divorcé, j’ai pu l’épouser 41 ans plus tard à l’Église »

AnnieetGerard

 

C’est un très long chemin fait de retour à la foi, de prière, de patience, d’obéissance, et de guérison qu’a parcouru Annie pendant toutes ces longues années. Récit.

« Baptisée, confirmée, j’ai traversé durant mon adolescence une période un peu mystique, mais solitaire, à l’écart de l’Eglise. Une post adolescence plutôt dans la déprime, des études, un grave accident dans la famille ont eu raison de cet élan.

Les choses s’étant stabilisées, je me suis mariée civilement à 25 ans avec Gérard, déjà père d’un enfant de 2 ans, divorcé d’un premier mariage (mixte : baptisé – non baptisée) que l’Église avait accepté. Mon mari n’était plus pratiquant depuis des années, mais se disait croyant.

Nos deux filles ont été baptisées, et lorsqu’elles ont suivi le catéchisme j’ai repris contact avec l’Église, en particulier à travers des catéchistes dont la foi m’a interpellée.

Quelques années plus tard, à l’occasion d’un nouveau job, j’ai fait la connaissance d’Anne. Nous sommes immédiatement devenues amies, et la foi d’Anne, ce qu’elle vivait dans la Communauté de l’Emmanuel, me parlaient. J’allais souvent à l’église de la Trinité pour la messe à midi et parfois à l’adoration. J’y ai trouvé un lieu de foi très porteur. J’ai assisté un jour à un groupe de prière se réunissant pour le monde du travail. L’objectif m’était sensible, et le père C. qui l’animait était très convaincant. Je pris l’habitude d’y assister.

Ma foi grandissait doucement.

Un jour, avec beaucoup de délicatesse, le père m’expliqua ce qu’exigeait la vie en vérité dans le Christ et que compte tenu de ma situation conjugale (mariage civil avec un divorcé marié une première fois à l’Église), je ne pouvais plus recevoir les sacrements de réconciliation et de l’Eucharistie si je ne pouvais m’engager à vivre la chasteté. J‘admis cela sans problème, tant cette vérité me parut évidente, sans me douter de la difficulté à vivre cette ascèse dans le temps.

Lors d’un moment de prière chez moi devant mon icône habituelle (Christ Pantocrator), une chaleur envahit mon cœur, des flots d’amour me submergèrent avec une puissance inimaginable. Mon cœur tout petit se dilatait, ne pouvant contenir cette force d’amour. Je fondis en larmes devant cette immensité surnaturelle d’amour qui me dépassait. Je ne saurais dire combien de temps cela dura. J’étais bouleversée.

Ma conversion a fait ce jour-là un sacré bond en avant ! Lorsque je racontai l’événement au père C, il cria « Alléluia ! » et rendit grâce au Seigneur.

Contrairement à bien des personnes qui vivent ce désert, je ne me suis jamais sentie exclue de l’Église, mais plutôt comme un élément qui concourt à la construire. Je sais maintenant que « tout acte d’obéissance fait avancer les autres âmes » (sainte Faustine). Je m’étais juste sentie blessée que l’Église ne parle jamais des « mariés à des divorcés », seulement des « divorcés remariés ».

Les démarches de dissolution du 1er mariage de mon mari entreprises n’ayant pas abouti, la preuve du non-baptême de sa 1ère épouse n’ayant pas été apportée, de guerre lasse, je me résignai donc à « me passer » de l’eucharistie et du pardon. Le Seigneur s’était manifesté une fois avec tant de vigueur, le simple souvenir de ce moment suffisait à me redonner le courage d’accepter de rester à ma place au moment de la communion, et de ne pas pouvoir me délester de mes péchés !… Pourtant, à chaque fois que je constatais mon infidélité à la prière, ou que je vivais un temps de désert, j’accusais le Seigneur de ne pas me donner les moyens de tenir, et je commençais à avoir peur que ma foi ne s’étiole. Je repensais alors à ce fameux soir de prière devant le Christ Pantocrator.

Un jour à la messe, je remarquai une femme qui allait communier les bras croisés, et recevait la bénédiction du prêtre. Je fis de même et désormais cette bénédiction m’était d’un grand réconfort et transforma ma perception de la messe, car je pouvais désormais m’approcher des hosties, et presque les toucher !

L’année dernière, le curé de ma paroisse m’incita à faire en sorte que soit relancé le dossier de dissolution du premier mariage de mon mari. Ce dernier accepta que nous recommencions les démarches. La dissolution de son 1er mariage fut validée en 7 mois par Rome ! Nous pouvions enfin nous marier à l’Église, après 41 ans 1/2 de mariage civil ! Gérard par amour pour moi s’engagea dans cette voie non sans émotion…

Date fut prise, et je commençais, sur les conseils de mon curé, à approfondir ma perception des sacrements de l’Eucharistie et de Réconciliation, afin de faire grandir mon désir d’y accéder, par des lectures choisies.

Le jour de notre mariage, nous reçûmes donc, Gérard et moi, pas moins de 3 sacrements : grande émotion ! La célébration fut, de l’avis de tous, très belle et édifiante.

Le fait que notre union avait reçu le sacrement de l’Église et la bénédiction de Dieu changeait beaucoup de choses.

Lors des messes suivantes, je communiai avec la même émotion qui se prolongeait bien après la fin du recueillement de l’assemblée. Maintenant encore, j’aimerais que ce recueillement ne finisse jamais.

De manière récurrente, les mots de Paul s’imposaient : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » Pour moi, cette parole était une invitation à faire en moi toute la place au Christ.

Les jours passant, je remarquai de petites guérisons physiques presque imperceptibles. J’avais aussi un grand désir de faire quelque chose pour mon Eglise, pour le peuple de Dieu. Et puis une soif d’oraison se faisait plus vive, bien qu’encore faible face aux combats. De même, je constatai que j’ouvrais plus fréquemment ma Bible.

Chaque jour m’apportait la preuve que Jésus est à l’œuvre dans le monde et en moi, et je pourrai en témoigner tous les jours.

Tous ces signes me montrent maintenant à quel point je me trouvais auparavant dans un désert, comme privée de la source, l’âme asséchée, aride. C’était une souffrance non dite, inconsciente, inavouée. Comment ai-je pu tenir, en particulier pendant les années où je n’avais plus d’accompagnement spirituel (c’est-à-dire pendant les 15 dernières années…) ? Quelles grâces m’ont aidée ?

– Le rappel de la venue fulgurante de l’Esprit Saint un certain soir de novembre 1991,
– L’amitié en Christ de mon amie Anne,
– La fidélité au(x) groupe(s) de prière,
– L’accompagnement spirituel d’un prêtre pendant les dix 1ères années,
– Mystérieusement, l’obéissance, en communion spirituelle avec les fidèles qui recevaient l’eucharistie,
– La prière de tous.
C’est pourquoi je compatis avec ceux qui vivent ce désert, et je prends l’engagement de prier pour eux, pour qu’ils tiennent bon. Le Seigneur leur réserve des oasis de grâces ! »

Annie

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>