Congrès de la Communauté Shalom à Evry : 400 jeunes prient pour la paix

La Communauté Catholique Shalom réunis des jeunes du monde entier à Paris pour prier pour la Paix

Une semaine après les terribles attentats terroristes de Paris, dans une situation de tension particulière, des centaines de jeunes venus de divers pays se sont réunis à Evry en la Cathédrale de la Résurrection, tel de « courageux artisans de Paix » pour participer au Congrès de Jeunes Shalom (CJS) International qui s’est tenus du 20 au 22 novembre 2015.

Ce sont plus de 400 jeunes de 17 pays d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique du Nord, d’Europe, et d’Asie qui ont participer au CJS, répondant à l’invitation de l’évêque d’Evry, Mgr Michel Dubost, qui dans un communiqué publié à la suite des attentats a décrit cette rencontre comme étant « un signe fort pour la paix » en demandant aux participants de ne pas sombrer dans leur élan pour venir au Congrès « sans peur, nombreux ».

La jeunesse a su répondre à l’invitation du Prélat et a fait du Congrès un appel fort à une paix mondiale.

Le message du Cardinal Stanislaw Rylko

Le président du Conseil Pontifical pour les Laïcs, le Cardinal Stanislaw Rylko, a transmis au fondateur de la Communauté Catholique Shalom, Moysés Azevedo, et tous les participants de l’évènement un message dans lequel il encourage la réalisation du Congrès de Jeunes Shalom en demandant à ce que les jeunes soient mis en première ligne pour la construction de la paix dans le monde.

Le Cardinal précise : « En particulier, après les terribles attentats du 13 novembre à Paris, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, de manière particulière, nous avons une nécessité absolue de courageux artisans de paix (cf.Mt. 5,9), de fils de Dieu qui puissent ouvrir les chemins de la paix où humainement cela parait impossible ».

Dans sa lettre, le président du Conseil Pontifical pour les Laïcs a tenu à mettre en relief le thème du CJS, « Heureux ceux qui ont le cœur pur car ils verront Dieu » (Mt 5,8), qui correspond à celui de la XXXème Journée Mondiale de la Jeunesse célébrée cette année au niveau local.

Le Cardinal Rylko s’est souvenu que le Pape François avait déjà demandé aux jeunes durant les JMJ de Rio de Janeiro, en 2013, qu’ils fassent des béatitudes un programme de vie ayant, peu après, fait de ces dernières les thèmes des JMJ de 2014 jusqu’en 2016.

Le Saint Père demandait à la jeunesse d’avoir « le courage du véritable bonheur », son Eminence le Cardinal précise qu’« aujourd’hui plus que jamais il est nécessaire d’avoir un grand courage pour suivre Jésus et mettre en pratique les béatitudes ». Et d’exhorter les jeunes : « Soyez vous-même, très chers jeunes, en première ligne dans la lourde tâche de construire la paix dans le monde d’aujourd’hui ».

Il a également cité un extrait du message du Pape pour les XXXIème Journée Mondiale de la Jeunesse, quand il rappelle qu’il existe « beaucoup de jeunes qui me disent qu’ils sont las de ce monde si divisé, où des membres des factions rivales s’affrontent, où sévissent tant de guerres et où il y en a même qui utilisent leur religion pour justifier la violence ».

Selon le Cardinal Rylko « devant les puissances des ténèbres, est plus forte « la présence de Dieu qui s’oppose à toutes ces forces à travers son pouvoir totalement différent et divin: avec le pouvoir de la miséricorde. C’est la miséricorde qui met une limite au mal. En elle s’exprime la nature toute particulière de Dieu – sa sainteté, le pouvoir de la vérité et de l’amour. » (Benoit XVI, Homélie du 2ème Dimanche de Pâques, 15 avril 2007) ».

 

Une Vigile de prière pour la Paix une semaine après les attentats

Après le mot d’accueil donné par Mgr Michel Dubost évêque d’Evry, le Congrès de Jeunes Shalom s’est ouvert Vendredi 20 novembre par la célébration eucharistique présidée par le père Léonardo Donelles membre de la Communauté Shalom et curé de l’église Sainte Roseline à Toulon dans le Var.

Lors de la vigile pour la paix qui a réunis les représentants de chaque nation participant au congrès, les jeunes se sont présentés devant la Croix pour une prière d’intercession chacun dans leur propre langue afin de demander la paix et l’unité. « Nous sommes ici pour pleurer avec ceux qui pleurent, souffrir avec ceux qui souffrent », précise le Diacre Cristiano Pinheiro, un des organisateurs du CJS, « De manière particulière pour la France tout juste une semaine après les tragiques attentats de Paris ».

L’art pour l’évangélisation

Le samedi et le dimanche se sont déroulé des temps de louanges animées, de prières, d’adorations au Saint Sacrement, de messe et de spectacle.

Notamment le « Chant des Irias » une comédie musicale inédite en France, créée par la Communauté Shalom elle parle de la véritable paix, non seulement de l’absence de guerre, mais ausi de la paix qui vient de la force du Christ Ressuscité qui libère l’homme de l’esclavage du péché et lui donne sa Paix, le « Shalom » (cf. Jn 20,19). « Le chant des Irias raconte l’expérience de l’homme qui après sa naissance s’est éloigné de la « Vérité » et perd son identité, devenant ainsi vide et malheureux. Les Irias représentent ces désirs désordonnés et égoïstes qui existent dans l’homme. Bien que distant, cet homme est atteint et sauvé par la Vérité qui l’aime et ne l’abandonne pas », commente João Carlos do Nascimento, missionnaire de la Communauté Shalom en Allemagne, organisateur du spectacle. Ayant déjà réalisé plusieurs fois ce spectacle au Brésil, il dit sur l’édition française: « Le spectacle a contribué à l’expérience des jeunes européens avec Jésus Ressuscité. J’ai expérimenté la grâce de Dieu qui dépasse les limites de culture et de langue et se communique avec le cœur du jeune, qui bien que parlant une autre langue, reconnait l’amour universel et inconditionnel qui vient du cœur de Dieu ».

Multi culturalité – « Il n’existait pas de barrière, la même foi nous unissait »

Dante Alighieri, danse folklorique polonaise et arabe, musique hongroise, espagnole et portugaise ont été présenté dans l’espace YouthFest, espace multiculturel du CJS dans lequel les jeunes pouvaient présenter la culture de leurs pays et partager des expériences de foi vécues dans chaque pays. « L’intention de l’espace était de promouvoir la communion dans les différences, c’est l’une des façons de promouvoir la paix », explique Ana Karine Nunes, organisatrice de l’espace, « il n’existait pas de barrière à la connaissance mutuelle, même dans la différence des cultures et des histoires, la même foi nous unissait », précise-elle.

Un Congrès de formation humaine et spirituelle

Le fondateur de la Communauté Catholique Shalom a durant le week-end prêché à plusieurs reprises, donnant son témoignage personnel de conversion et également une exportation aux jeunes de vivre la pureté du cœur et du corps : « la chasteté rend la vie libre et belle » leurs a-t-il promis.

La table ronde du samedi après-midi a réunis le Père João Chagas, responsable de la Section Jeune du Conseil Pontifical pour les Laïcs, en charge de l’organisation des prochaines JMJ en Pologne. Gabriella Diaz, célibataire consacrée dans la Communauté Shalom et responsable de l’assistance apostolique qui coordonne toutes les initiatives d’évangélisation Shalom à travers le monde. Ainsi que Raphaël Cornu-Thénard, responsable du mouvement Anuncio, qui est à l’initiative de plusieurs projets d’évangélisation.

Les trois intervenants ont partagés aux Jeunes du Congrès leurs expériences de l’évangélisation dans le monde. Reprenant la parole de saint Paul à Timothée : « Que personne n’ait lieu de te mépriser parce que tu es jeune » (Th.4,12) le responsable des prochaines JMJ, le Père João Chagas, a rappelé aux participants leurs rôle indispensable dans la société et dans l’Eglise. Gabriella Diaz a partagé l’importance de l’évangélisation personne à personne en prenant le temps de vivre au milieu des brebis perdu, en allant à leur rencontre là où elles se trouvent, en étant nous-même Eglise du Christ. Enfin Raphaël Cornu-Thénard, après son témoignage personnel a choisi de revenir sur les tragiques évènements de Paris. Partageant la nécessite de prier dans le silence et dans la paix avec ceux qui souffrent.

Joie de servir

L’événement a été marqué par un climat de louange et de joie, le visage des jeunes à la fin de l’événement était resplendissant. La joie a été aussi marquée par les jeunes missionnaires qui ont servi dans l’événement, « tous donnaient le meilleur d’eux-mêmes, bien qu’étant de pays et de cultures différentes, nous avions le même cœur, avec un seul objectif, offrir à chaque jeune qui serait présent une expérience personnelle avec Jésus Christ Ressuscité », explique Rafael Araujo, missionnaire de la Communauté Shalom en Suisse.

Une véritable Pentecôte

La multiplicité des langues et l’action de l’Esprit Saint de façon intense et expansive, ont permis que de nombreux jeunes qui étaient au CJS puissent s’en souvenir comme « d’une véritable Pentecôte ». A la fin de l’événement, les jeunes ont été motivé à apporter dans leurs pays ce qu’ils avaient reçu.

En suivant les béatitudes nous allons à Cracovie

La prochaine rencontre organisé par la Communauté Shalom pour les jeunes du monde entier, continuant le chemin des béatitudes, se tiendra à Cracovie en 2016, lors des Journées Mondiales de la Jeunesse – « Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » – avec la Rencontre Internationale de Jeunes Shalom le 2 août au Sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie.

Communauté Catholique Shalom

Jean Vingt

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>