Edito : Non, le Pape n’est pas fou!

 Yasuyoshi Chiba. AFP

Par Louis-Etienne de Labarthe, rédacteur en chef d’Ilestvivant!

« Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égarent, ne va-t-il pas laisser les 99 autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée? » L’Evangile continue en laissant sous-entendre une évidente réponse positive.

Qui laisserait tout un troupeau dans la montagne (ou le désert, selon d’autres traductions)? Le risque de perdre toutes les brebis est immense. Oui cette attitude est profondément contraire à tous nos réflexes d’homme raisonnable.

C’est cette passion pour la brebis égarée qui pousse notre pape François vers les périphéries, au risque de désarçonner le reste du troupeau. Il cherche à trouver comment accompagner concrètement les personnes divorcées remariées. Il ose prier dans une mosquée à côté d’un imam. Il n’hésite pas à rencontrer des évangéliques très anti-catholiques.

Non, le pape n’est pas fou! Il est passionnément animé par l’amour de la brebis égarée. Comme Jésus dans l’Évangile, tout simplement.

Leave a Reply