Idées pour évangéliser… autour de la galette des Rois

Elles investissent les supermarchés avant même d’avoir laissé l’Enfant Jésus le temps de naître… Les galettes des Rois se dégustent le jour de l’Épiphanie, et voilà une bonne occasion pour donner tout son sens à cette vieille tradition !

Par Claire Villemain

Invitez vos voisins
La fête de l’Epiphanie, à laquelle est associée la coutume de la galette des Rois, est une solennité indissociable de celle de Noël. Et comme la tradition dépasse largement le cadre chrétien, n’ayez aucune hésitation à inviter vos voisins pour fêter l’Epiphanie autour d’une galette!

Faites votre galette vous-même
Se mettre aux fourneaux vous permet de choisir la, ou les fèves, que vous souhaitez y glisser… et de ne pas subir la dernière collection de héros Disney. Pourquoi ne pas choisir trois fèves représentant chacun des Rois Mages ? Vous ferez trois heureux au lieu d’un, et pourrez ainsi engager le dialogue autour de l’identité de Melchior, Gaspard et Balthasar (cf encadré) et le but de leur épopée.

Une tradition à conserver, et à mettre en pratique : « la part de Dieu »
Cette belle habitude, qui consiste à couper une part de notre galette des Rois pour un pauvre, nous interroge sur notre capacité à ouvrir notre table. Très concrètement, et comme nous y encourage le pape François : « Sortons » proposer au SDF qui grelotte de froid en bas de notre immeuble, à une personne isolée ou malade.

Avec cette tablée, entre voisins et personnes en difficulté, nulle doute que nous percevront l’espace d’une galette quelle pouvait être l’ambiance de la crèche de Bethléem… et nous permettra d’apporter l’Enfant Jésus à nos plus proches en leur témoignant du sens de cette solennité.

Un gramme d’histoire

Leurs noms ne sont pas issus des évangiles, mais de la Légende dorée. Écrite au XIIIe siècle par Jacques de Voragine, elle nous rapporte  que « le premier des Mages s’appelait Melchior. C’était un vieillard à cheveux blancs, à la longue barbe. Il offrit l’or au Seigneur comme à son roi, l’or signifiant la Royauté du Christ. Le second, nommé Gaspard, jeune, sans barbe, rouge de couleur, offrit à Jésus, dans l’encens, l’hommage à sa Divinité. Le troisième, au visage noir, portant toute sa barbe, s’appelait Balthazar ; la myrrhe qui était entre ses mains rappelait que le Fils devait mourir. »

Recette rapide

Temps de préparation : 5 minutes
Temps de cuisson : 30 minutes
Ingrédients (pour 8 personnes)
– 2 pâtes feuilletées
– 125 g d’amandes en poudre
– 125 g de beurre
– 125 g de sucre
– 2 œufs entiers + 1 jaune
– 1 fève

Préchauffer votre four à 220°C (thermostat 7). Sur une plaque de four, étaler une pâte feuilletée. Mixer la poudre d’amande, le beurre ramolli, le sucre et les 2 œufs. Lorsque le mélange est homogène, le verser sur la pâte jusqu’à 1 cm des bords et placer la (ou les) fève(s). Recouvrir avec la seconde pâte et lier les 2 à la main ou à la fourchette. Faire un dessin sur le dessus avec la pointe d’un couteau et le peindre avec le jaune d’œuf. Enfourner et laisser cuire environ 30 min (jusqu’à ce qu’elle soit dorée).

Leave a Reply