Idées pour évangéliser … Le témoignage, perle de la mission

Les vacances… le temps des longues discussions ! Et si nous en profitions pour témoigner combien notre rencontre du Christ a transformé notre vie ? Donner son témoignage, c’est rendre compte de ce que nous avons vécu, vu et entendu. Mais cela s’apprend ! Quelques clés pratiques.
Par Alex et Maud Lauriot-Prevost, auteurs de Manuel du nouvel évangélisateur (éditions Salvator, 2013).

Relire son histoire sainte
C’est en relisant les étapes de sa propre histoire sainte que l’on découvre les grâces dont on a pu bénéficier. Un témoignage évangélisateur ne rapporte pas une vie pieuse, généreuse ou parfaite : les non-croyants ne se sentent pas à la hauteur ! Je ne présente ni idée, ni morale, ni doctrine, mais des faits personnels et historiques où se sont exprimés concrètement mon expérience du péché, ma soif existentielle, ma rencontre de Dieu, mon expérience et du Salut, les différents bénéfices de vie qui en ont découlées.

Quatre parties-clé
J’aborde successivement 3 questions :

– ce que je ressentais et vivais avant l’événement que je vais relater ? En quoi j’avais besoin d’être éclairé, aimé, guéri, pardonné, sauvé ?
– comment s’est opérée mon expérience de la rencontre de Jésus, de l’amour de Dieu et ce qui en a découlé comme conversion ?
– quel changement concret s’est opéré en moi et dans ma vie au sujet de ce que j’évoquais au début ?
Je termine en attestant que : « ce que le Seigneur a fait pour moi, il veut et peut le faire pour toi, car il aime chacun et il est le Sauveur de tout homme ».

Bon et mauvais témoignage
Le meilleur témoignage n’est pas extraordinaire, mais parle de changements clairs, tangibles, positifs dans ma vie. Il éclaire et n’éblouit pas, il donne avant tout envie ! Le « mauvais » témoignage serait une récitation du catéchisme, une leçon de morale, une conférence où l’on se vante.

Modalités
– En termes d’expression : être simple, joyeux, détendu, concis, vrai, audible, centré sur le Christ. Parler au cœur et non à la tête.

– En termes de dispositions intérieures : avant tout, prier et se confier à l’Esprit Saint. Aimer vraiment chacun de ses interlocuteurs, être miséricordieux, s’excuser pour ce qui pourrait heurter, être naturel et vulnérable, s’adapter à son auditoire.

Bon témoignage !

Prédicateurs et formateurs, Alex et Maud Lauriot-Prévost sont engagés depuis 30 ans dans la nouvelle évangélisation.

Leave a Reply