Idées pour évangéliser… les journalistes

Critiquer les journalistes, tout le monde sait le faire ! Et pourtant cela ne change pas la donne. Mais les contacter, leur apporter une info inédite, porteuse de bonne nouvelle, un témoignage fort… c’est autre chose. Et c’est pourtant possible et profitable pour la bonne santé morale de tous !
Par Bernard de Castera

Hormis quelques journaux chrétiens, les journalistes ne transmettent guère d’informations très objectives sur la vie de l’Eglise, ou sur la réalité de nos combats pour le respect de la vie, du mariage, et sur les sujets qui nous tiennent à cœur. Nous pensons souvent qu’ils sont partisans. C’est possible, mais c’est surtout parce qu’ils sont eux-mêmes mal informés. A nous, lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, de leur envoyer les informations du terrain ! Si nous le faisons et que nous sommes un bon nombre à le faire, ils commenceront à changer de regard.

Comment ?
L’adresse des journalistes est celle du journal. On la trouve dans l’ours, ce petit encart qui se trouve souvent dans les premières ou dernières pages.

Comment s’adresser à eux ?
De la manière la plus amicale, sans jamais de reproche ni d’ironie, avec la candeur des colombes qui sont heureuses de transmettre une belle info.

Quelles infos ?
Préférer les infos positives, qui racontent de belles choses. Evidemment, l’envie peut nous prendre de leur faire savoir qu’une église a été profanée et que c’est scandaleux. Mais le journaliste percevra cela comme une revendication partisane. Préférons un beau témoignage sur une action auprès des pauvres, une initiative créatrice de lien.

Quels journalistes cibler ?
Préférons ceux qui sont le plus éloignés de la foi, car les plus mal informés. Une fois notre journaliste choisi, demeurons-lui fidèle et indiquons-lui nos coordonnées : s’il ne réagit pas au premier courrier, il finira peut-être par réagir au dixième !

Une dernière idée

S’y mettre à plusieurs ! Une rencontre tous les quinze jours pour échanger ses idées d’infos, prier pour les journalistes et passer à l’action. Consigner tout cela sur un cahier et, au bout de quelques mois, faire le bilan.

 

Leave a Reply