Ecole de mission Web. Evangélisation 2.0

 Une école de mission internet

Lancée à la rentrée à Tours, une école de mission forme une vingtaine de jeunes à l’évangélisation sur le web. Formation, louange, et exercices pratiques au menu de cette initiative missionnaire inédite.

Par Claire Villemain

Tours, église Saint Julien. A deux pas de la place Plumereau et de la rue Nationale, dans l’hyper-centre de la capitale tourangelle, une petite quarantaine de jeunes de 18 à 25 ans se sont donné rendez-vous, comme chaque mardi soir, pour prier et se former à l’évangélisation sur le web. Leurs chants de louange s’élèvent « comme l’encens » sous les élégantes voutes de l’ancienne abbaye bénédictine, fondée à la fin du 6e siècle par saint Grégoire de Tours : un grand écart historique qui relie l’histoire monastique et la nouvelle évangélisation.

Ne pas se couper du réel
L’école de mission internet a été lancée par la communauté de l’Emmanuel fin septembre, dans le cadre du groupe de prière des étudiants. Jean-Baptiste et Marie Maillard, responsables de cette école et membres de la communauté, témoignent de l’importance de l’implication régulière des jeunes dans une assemblée de prière, car pour Jean-Baptiste, «  on ne peut évangéliser que si l’on prie ensemble de manière fidèle, pour entendre, ensemble, l’appel de Dieu sur nous. » C’est donc à l’issue de la louange que se retrouvent une vingtaine d’étudiants, qui se sont engagés à suivre ce cycle de 34 séances de formation théorique, de rencontres avec des acteurs de l’évangélisation sur le net, et d’exercices pratiques. Pour autant, les jeunes découvrent aussi l’annonce directe dans la rue. Pourquoi ? « Pour ne pas se couper du réel, répond Jean-Baptiste. Sur le web, on parle à des personnes, faites de chair et d’os. Si on ne va pas dans la rue, on peut vite se cacher derrière un écran. Or ceux que l’on évangélise sur internet, ce sont eux. »

Porte-à-porte numérique
Pour les responsables de cette école, il faut en effet jouer la proximité. « Notre objectif est de nouer des contacts et de commencer à dialoguer sur le net, via les groupes Facebook, forums, groupes étudiants des jeunes tourangeaux, pour ensuite aboutir à une rencontre en réel ». C’est ainsi que sur le groupe des apéros géants de Tours, on voit fleurir un post : « Celui qui croit en moi n’aura plus jamais soif. Qu’en penses-tu ? » Une accroche qui fait mouche sur une page où les jeunes semblent vouloir combler une évidente soif de solitude, et qui fait réagir. Les missionnaires doivent pour cela être formés, et maîtriser – outre le langage web – quelques éléments de discernement. C’est tout l’enjeu de cette école, qui n’a d’autre ambition que de développer le principe des visites à domiciles : « C’est une sorte de porte-à-porte ! conclut Jean-Baptiste. Et comme dans la rue, la parole du Christ touche et, rapidement, on parle au cœur de la personne. »


3 questions à

Jean-Baptiste et Marie Maillard, responsables de l’ECM Internet

Quels avantages Internet présente-t-il  en termes d’évangélisation ?
Le premier, c’est que l’on n’a pas besoin de se connaître pour s’envoyer des messages. Le deuxième, c’est que l’on peut garder un historique de la conversation. On a ses coordonnées. Le troisième, c’est que l’on peut laisser le temps et la liberté à la personne pour répondre, pour formuler son propos. On est moins dans l’immédiateté. Nous avons ainsi renoué le lien, sur sa demande, avec une personne rencontrée sur le net il y a un an. Une vraie amitié peut naître.

La mission sur le web requiert-elle un discernement particulier ?
Le risque premier reste la drague. Comme ailleurs, on peut tomber sur des personnes déséquilibrées. D’où l’importance, comme en mission de rue ou de porte-à-porte, d’être à deux devant l’écran. C’est l’occasion alors d’être en vérité : « Je ne viens pas chercher ça ». Quand cela va trop loin, on coupe.

Avez-vous abouti à des rencontres ?
Oui, souvent ! D’où l’intérêt de parler avec des gens proches de chez nous.  On peut inviter la personne à prier ensemble, à une veillée de prière, à rencontrer un prêtre. Car lorsque la personne vous poste : « Je voudrais me confesser » (ce qui est arrivé) il faut réagir vite !

Propos recueillis par Claire Villemain

La Parole de Dieu

«La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux » Matthieu 9,32

Contact

Groupe de prière – les mardis à 20h30
Eglise saint Julien (accès rue Colbert)
37000 Tours
06 64 81 93 20

Dieu et internet, 40 questions pour mettre le feu au web

Comment internet peut-il être un nouveau lieu à investir pour annoncer le Christ ? En quarante questions, voici quelques clés pour connaître, comprendre et s’aventurer sur le continent numérique, découvrir ce qu’en dit l’Eglise, ses stratégies, ses promesses, et ce qu’il propose (réseaux sociaux, vidéo, blog, etc.) Jean-Baptiste Maillard, marié à Marie et père de deux enfants, est investi dans l’évangélisation par Internet depuis 2002 (www.anuncioblog.com ou www.etanchermasoif.com)

 

Leave a Reply