« L’adoration eucharistique transforme la vie de la paroisse »

FROK
En 15 ans, près de cent lieux en France (dont beaucoup de paroisses) ont sollicité les missionnaires de la Très Sainte Eucharistie pour organiser l’adoration perpétuelle au cœur de leur vie de communauté. Une vraie conversion! Rencontre avec le père Florian Racine, curé de la basilique sainte Marie-Madeleine à Saint-Maximin (diocèse de Fréjus-Toulon) et responsable des missionnaires de la Très Sainte Eucharistie.

IEV Quelle est la source de l’adoration eucharistique dans l’Évangile ?
FR Il y a 2000 ans, les foules allaient à Jésus et voulaient le toucher, car de son corps se répandait une force qui les guérissait tous. Aujourd’hui encore, Jésus attire ses amis à lui, à sa présence, à son corps eucharistique. De son corps jaillit un fleuve d’eau vive, c’est son Esprit : « En lui habite corporellement la plénitude de la divinité » (Col 2, 9)…
Saint Marc dit aussi : « Jésus appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui. (…) Ils vinrent à lui pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle » (cf. Mc 3, 13-14). Avant de devenir apôtres en partant évangéliser, Jésus appelle les douze à lui pour qu’ils deviennent disciples. Aller à Jésus précède toujours la mission. Avant de partir en mission, il faut d’abord s’agenouiller au pied de Jésus. Par exemple, Marie Madeleine passe tout son temps au pied de Jésus avant d’aller annoncer qu’il est ressuscité.
Combien de fois Jésus dit dans l’Évangile : « Venez à moi, vous tous… » Adorer, c’est aller à Jésus, à ses pieds. Là nous sommes comme l’argile dans la main du potier, comme le disciple bien-aimé qui repose sur le cœur de Jésus. Quel bonheur et quel délice!

IEV Quel est l’apport spécifique de l’adoration eucharistique dans la vie d’un chrétien ?
FR Le premier fruit observé, c’est à mon sens la ferveur dans la prière. Les chrétiens disent souvent qu’ils prient mais en réalité, cette prière se limite souvent à une pensée pour le Seigneur le matin et le soir. S’ils sont pieux, ils lisent la Parole de Dieu. Mais trop peu vivent le fameux « Arrêtez et sachez que je suis Dieu » (Psaume 46) dans un vrai temps de cœur à cœur avec le Seigneur. Or, s’arrêter pour Dieu, lui donner du temps, goûter qui il est, on le vit pleinement dans l’adoration. Grâce à l’engagement que nous proposons, les fidèles prennent l’habitude de prier au moins une heure par semaine. Il est beau de voir ces personnes prier et y prendre goût, même si souvent notre prière reste si pauvre. Au bout d’un moment, les adorateurs ont besoin de ce rendez-vous où ils peuvent tout déposer devant le Seigneur.
Certains objectent : « Mais il y a la messe ! » C’est effectivement la première prière hebdomadaire du chrétien et la plus importante. C’est la prière communautaire. Néanmoins, de même que dans une famille, on aime être tous autour de la table pour prendre du temps ensemble, on a également besoin de passer du temps avec telle ou telle personne, afin d’approfondir la relation. C’est la même chose avec l’adoration où l’on se trouve seul avec Jésus, dans un vrai cœur à cœur.
Le deuxième fruit de la prière d’adoration devant le Saint Sacrement est de permettre cette relation personnelle et vivante avec Jésus ressuscité. Dans l’adoration, Jésus me regarde, il me guérit, il me transforme, afin que je puisse le porter à mon tour aux autres.

IEV Et quels sont les fruits de l’adoration eucharistique dans la vie de la paroisse ?
FR Les personnes qui s’engagent dans l’adoration approfondissent leur relation à Jésus et rayonnent de l’amour de Dieu. Leur façon de parler, d’agir et d’être, se transforme peu à peu au contact de Jésus, mort et ressuscité. Il y a certes mille autres manières de prier seul avec Jésus. Mais l’eucharistie rend présent le mémorial de la Passion. L’eucharistie nous communique non seulement les fruits de la mort et de la résurrection de Jésus, mais aussi c’est lui-même qui vient avec son corps glorieux et qui dit : « La paix soit avec vous. »
L’adoration du Saint Sacrement aide à vivre plus intensément les grâces prodiguées à la messe. Cela est vrai aussi pour les autres sacrements. Par exemple, lorsque je suis au pied du Seigneur, je reçois sa lumière divine et je discerne mieux ce qui fait lui fait obstacle : mes péchés. Ainsi, les adorateurs vont se confesser plus régulièrement. Toute leur vie chrétienne est vivifiée par l’adoration.
Enfin, l’adoration eucharistique crée des liens forts entre les adorateurs. Très souvent, à la messe, on se met toujours au même endroit dans l’église et on voit toujours les mêmes personnes. L’adoration suscite un autre type de rencontres : des réseaux spirituels forts se constituent qui permettent à des personnes très diverses de se connaître et d’irriguer toute la vie de la paroisse peu à peu. L’adoration édifie la communauté. C’est le sacrement de l’unité.

Pour lire l’intégralité de cet article:

S’abonner à Il est vivant! pour 29 €/an ici
– Commander ce numéro ici