Pèlerinage Il est vivant! « Fraternel, passionnant et ressourçant! »

Du 9 au 14 février, 51 personnes ont participé au pèlerinage organisé par Il est vivant!

Au programme de ces journées très denses: la découverte de la Sainte Face de Manoppello, le miracle eucharistique de Lanciano, le sanctuaire dédié à l’archange saint Michel, San Giovanni Rotondo, ville où Padre Pio vécut et exerça son apostolat d’une fécondité exceptionnelle, son village natal, puis Rome.

Quelques images et témoignages sur ces journées au cours desquelles nous avons porté toutes vos intentions dans notre prière.

Manoppello

« Quand j’ai lu l’annonce de ce pèlerinage en septembre dernier, j’ai cru rêver. Tous les lieux que je désirais visiter depuis longtemps figuraient au programme. Je me suis donc inscrite en me disant que cela serait un beau cadeau pour mes… 50 ans! Nous avons débuté notre périple par la visite au Manoppello, cet « instantané » de Jésus ressuscité. Cette image est tout simplement incroyable. Dans un premier temps, je ne reconnaissais pas Jésus et j’avais du mal à comprendre. Mais grâce aux explications de Frère Marc, fondateur de la communauté Tibériade et qui était l’un des pèlerins, je me suis petit à petit laisser toucher.  » C’est le premier souffle de vie entrant dans le Corps de Jésus qui porte encore les tuméfactions des coups reçus lors de Sa Passion. Ses yeux semblent fatigués mais c’est le moment du réveil. ». On nous avait dit, à Manoppello, ce n’est pas nous qui regardons Jésus, c’est Lui qui nous regarde. Lors d’un moment de prière pour l’un de nous, devant une reproduction de cette image, j’ai vécu la grâce de me laisser regarder par Jésus. Merci Seigneur pour ce regard doux et miséricordieux que Tu poses sur chacun de nous… »

La Sainte Face. Un voile qui garde tout son mystère.

« J’ai reçu la grâce de me laisser regarder et d’être regardée par le Christ. »

« D’abord distante devant ce voile me demandant s’il était à ce point possible que ce visage marqué soit celui de notre Christ, je me suis laissée absorbée par son appel, comme une demande de le reconnaître. Oui c’est bien le Christ ici présent, témoignant en tout temps de son amour, qui me donnait la grâce de le contempler au point de ne plus vouloir m’en détacher. »

Une ambiance très conviviale, fraternelle et spirituelle.

« Pour moi la plus grande grâce a été de vivre quelques jours avec un groupe de frères et sœurs, avec la bonne humeur, la bonne entente, l’écoute, l’entraide, la compassion et les moments de prière collective. A Manoppello j’ai encore mieux compris la grande souffrance dans la passion de notre Seigneur Jésus, par tous les détails du martyre de la croix, sans oublier la mâchoire cassée et la flagellation au delà des lois en vigueur! »

Le miracle eucharistique de Lanciano

« Prenez et mangez: Ceci est ma chair, ceci est mon sang », nous a dit Jésus.

A Lanciano, il nous rappelle que l’eucharistie est vraiment sa chair. « Lanciano a été un moment fort pour moi », a témoigné quelqu’un du groupe. « La chair, qui a été analysée par de nombreux scientifiques, a été reconnue comme de la chair d’un cœur vivant! J’ai réalisé que dans l’eucharistie, Jésus nous donne son corps, mais plus précisément son cœur. »

Un prodige de l’amour de Dieu.

« Nous avons eu la chance d’avoir parmi nous un chercheur de haut niveau, Philippe Quentin, qui, lors d’un trajet en car entre deux sanctuaires, nous a fait réfléchir au lien entre foi et science. Passionnant! »

Le Gargano: la grotte de l’archange saint Michel

Un moment fort en émotion (avec notamment, une tempête de neige!) nous attendait au Gargano, là où l’archange saint Michel est apparu à plusieurs reprises.

Grotte où sont venus de nombreux saints en pèlerinage auprès de saint Michel.

« Au sommet du mont, après une montée en car avec des virages en épingle à cheveux, les éléments se sont comme déchaînés ; nous avons vécu aussi ce jour-là quelques « imprévus ». C’était éprouvant sur le plan humain et spirituel. Mais j’ai ressenti alors une grande paix qui émanait du groupe. Chacun, dans son for intérieur, était tourné vers le Seigneur. Et à plusieurs reprises, nous nous sommes même mis ensemble à prier spontanément le chapelet. »

San Giovanni Rotondo: l’extraodinaire fécondité humaine et spirituelle de Padre Pio.

Après une messe dans la chapelle de l’hôpital où Padre Pio aimait se recueillir devant le Saint-Sacrement, nous avons prié intensément et avec foi auprès du corps du saint prêtre, lui confiant tous les malades de notre entourage mais aussi les prêtres, l’Église.

Le portrait le plus fidèle de Padre Pio.
L’hôpital fondé par Padre Pio « pour soulager les souffrances ».
La religieuse qui nous a accueillis dans la chapelle de l’hôpital a connu padre Pio.

« La 2ème grâce fut celle que m’accorda Padre Pio. Alors que je priais dans son église et lui confiais la protection de ma famille, j’ai appris ultérieurement que ma nièce et son fiancé avaient eu un grave accident sur l’autoroute de Gênes, pris entre deux camions. Un accident duquel ils sont sortis presque indemnes. Quand on regarde les photos, je ne peux que remercier Dieu et Padre Pio d’avoir pris soins d’eux…Les journaux italiens ont aussi titré Un miracle sur l’autoroute A26. Que dire sinon Merci Seigneur. »

La force de la prière…

Le village natal du padre Pio, Pietrelcina

Les paysages splendides des Pouilles, baignés de soleil.
C’est ici que Padre Pio reçut les stigmates, d’abord invisibles.

Rome: audience générale
avec le pape François

Belle grâce pour tout le groupe de pèlerins et pour Il est vivant! Un exemplaire sur les miracles eucharistiques a été remis en mains propres au pape François par Audrey, laïque consacrée de la Communauté de l’Emmanuel. Audrey accompagnait sa maman Anne-Marie, en fauteuil roulant, et placée au premier rang par Théophane, sous-officier dans la Garde-suisse pontificale, fils d’Anne-Valérie, l’une de nous.

Belle rencontre entre Audrey, Anne-Marie et le pape François, lors de l’audience générale.

Nous sommes partis ensuite à la suite de Jean-Luc Moens, ancien rédacteur en chef d’Il est vivant! et actuel modérateur général de Charis, nouvel organisme international du Renouveau charismatique, sur les traces des saints à Rome. De saint Paul, saint Philippe et saint Jacques, en passant par Benoît Joseph Labre, Monique ou Fra Angelico. Sans oublier le jardin public où la Vierge Marie se révéla au XXe siècle à trois enfants et à leur père, un anti-clérical notoire! Un sanctuaire a été érigé en ce lieu très aimé des Romains et des centaines d’ex-votos en tous genres (y compris des béquilles et des corsets) y témoignent des grâces de guérisons reçues depuis.
De quoi revigorer durablement notre confiance en Dieu !

Avant un magnifique pèlerinage dans les rue de Rome sur les pas des saints, Jean-Luc Moens (au centre) a expliqué aux pèlerins la forme en ellipse de la place Saint-Pierre.
L’abbaye de Tre Fontane, lieu du martyre de saint Paul.
La présence parmi nous de frère Marc, fondateur de la communauté Tibériade (ici, sur la photo), et du père Dominique-Marie David, prêtre de l’Emmanuel et recteur de la Trinité des Monts, a été source de grâces pour tous.

« Je garderai en mémoire et dans mon cœur cette immense paix  lorsque je me suis approchée au plus près de Jésus que ce soit à Manoppello ou à Lanciano. Et quel émerveillement devant les récits et témoignages  parfois bouleversants de ces pèlerins. La plupart durant nos échanges conviviaux au cours des repas. Témoignages extraordinaires dans des vies ordinaires. »

« Quel bonheur ce pèlerinage! Que d’émotions ! Mon cœur est en outre plein de gratitude pour toutes ces personnes qui ont partagé leur vécu et témoigné de leur foi soit en petit comité, soit devant tous.
Le chemin parcouru en 6 jours est immense, jalonné de 2 grâces vécues, une à Manoppello, la plus bouleversante, et une autre, lorsqu’on a prié pour moi… Cela m’a confortée dans les décisions à prendre. Je rend grâce à Dieu pour ses merveilles en nous. »

« C’était au-delà de mes espérances.  Le ton du pèlerinage a été donné dès la première prière à la chapelle de l’aéroport de Rome. Cette prière autour de Jean Luc, pour sa fille Marie-Anne, hospitalisée, et son épouse Anne, qui n’a pu de ce fait être avec nous, a soudé notre groupe, et lui a donné une cohésion et un langage commun. Personnellement ces rencontres, auxquelles je ne m’attendais pas, m’ont beaucoup touchées. Il y avait aussi l’humour de nos guides, les attentions des uns pour les autres, et beaucoup de joie.
Nos cœurs n’étaient ils pas tous brûlants de charité ? Oui, c’est certain, Jésus était bien présent, son regard transperçant chacun de nos cœurs. 
Alors, quand et où notre prochain pèlerinage avec Il est Vivant! ? Je m’inscris tout de suite !… »

Merci Seigneur d’avoir fortifié notre foi, notre espérance et notre charité, en nous faisant approcher des lieux et des personnes remplis de ta présence! Que ton saint nom soit béni!

Il est vivant! n°242

Il est vivant!

Pour 29 € par an, recevez 4 numéros du magazine Il est vivant!

Fortifiez votre foi et partagez-la!