Témoignage. Au cœur du monde politique, confiance et espérance

AssembléeNationale

Voilà maintenant quelques années que je travaille au parlement, où j’ai changé plusieurs fois de poste. Le monde politique, avec ses grandeurs et ses petitesses, constitue mon quotidien.

Pie IX parlait déjà en 1927 du domaine politique comme « le champ le plus vaste de la charité ». J’ai pu expérimenter durant toutes ces années combien cette charité peut s’exercer dans tous les domaines de la vie de nos concitoyens.

A tous ceux qui désespèrent de voir se multiplier les « affaires », je voudrais dire combien quelques arbres malades, mais médiatisés, peuvent cacher une forêt d’élus, plus ou moins connus du grand public, qui se dévouent au service de leur concitoyens : politiques sociales d’aide aux plus démunis, lois en faveur des personnes handicapées, éducation, financement de la sécurité sociale, lois sur la sécurité mais aussi meilleure prise en compte des enjeux écologiques dans nos politiques publiques, soutien aux entreprises, etc. Les domaines sur lesquels ils ont à travailler sont multiples et tellement utiles à notre quotidien.

Ils y travaillent pourtant, bien souvent, dans l’indifférence générale. C’est une tâche complexe et parfois ingrate que le vote de la loi, nous sommes bien contents de leur déléguer dans le fond … Et puis, nous catholiques, avons un peu tendance à nous « réveiller » (et heureusement car nous sommes souvent les seuls) uniquement sur certains sujets qui nous touchent particulièrement. Ne devrions-nous pas nous intéresser de plus près à tout ce qui fait la vie de la cité ? Encourager nos élus sur tel ou tel point sur lequel ils sont engagés (ce qui implique aussi de s’y intéresser, de se renseigner) ? Prier pour eux ? Ils seraient ainsi d’autant plus bienveillants lorsque nous aurons à les solliciter sur les sujets éthiques sur lesquels, bien sûr, nous avons à être doublement vigilants.

Au fil des ans, j’ai eu l’occasion de m’intéresser de très près à la  plupart des textes de loi qui touchent à ces sujets éthiques : ceux qui concernent les plus petits et les plus faibles d’entre nous et qui avaient motivé mon engagement dans un métier au service du politique. De façon totalement providentielle, j’ai même eu l’occasion de m’impliquer, même modestement, dans le travail mené autour de certains.

Travailler dans ce domaine est souvent une épreuve car les « défaites » sont nombreuses, la loi naturelle, le respect du plus petit, de la vie, de son commencement à sa fin naturelle, ne sont pas des valeurs très en vogue dans le monde d’aujourd’hui… Et pourtant, tel le serviteur inutile qui sait que son maître est vainqueur, tout cela me fait toucher du doigt combien le Seigneur nous demande de faire de notre mieux, là où il nous envoie et de lui faire confiance. Dans la vie de la cité, plus qu’en toute autre matière, il est rare, voire quasi-impossible de voir les fruits des actions menées, seule cette Espérance qu’Il est vainqueur peut nous guider. Il m’arrive souvent, quand je vois qu’il est humainement impossible de faire quelque chose de plus et qu’une nouvelle transgression va être votée dans l’hémicycle, qui entraînera des souffrances sur son sillage, de prier, tout simplement, in situ.

Sans pouvoir entrer dans les détails, je puis aussi témoigner du courage d’un certain nombre d’élus chrétiens. Car il y en a bien, qui œuvrent souvent dans l’ombre ! Ils sont le levain dans la pâte : avec un tout petit nombre ils réussissent quelques fois à faire bouger les lignes, ou au moins à porter une parole de vérité. Prions pour qu’ils se multiplient et que la jeunesse qui s’est levée ces derniers mois pour défendre la famille, accepte de vivre, guidée par l’Esprit saint, un engagement politique courageux.

Sarah

Leave a Reply