[Témoignage] Béatrix: les fruits de conversion d’une prière née du cœur de la Vierge Marie

Adoration

L’été 2017, j’ai été très touchée en découvrant la prière d’amende honorable que la Vierge Marie a enseigné à Benoite Rencurel à Notre Dame du Laus.  En 1664, la Vierge Marie avait appris à la jeune fille à venir chanter tous les soirs avec ses compagnes, moyennant l’autorisation du curé, les litanies de la Sainte Vierge dans l’église. Elle lui demanda aussi de se rendre devant le Saint Sacrement pour y réciter une prière d’amende honorable en réparation des offenses, petites ou grandes, faites au Saint Sacrement.

Il est très touchant de méditer cette prière qui est née du cœur de la Vierge Marie. A la même époque, Jésus, apparaissant à sainte Marguerite-Marie à Paray-le-Monial, demande que l’on institue dans l’Église la fête de son Sacré-Cœur le vendredi qui suit la fête du Saint Sacrement et que l’on y récite une prière d’amende honorable pour demander pardon des offenses commises envers le Sacrement de son Amour.

Pour répondre à ce désir de Jésus, j’aime utiliser les mots de la Vierge Marie notre Mère. Depuis que je dis régulièrement cette prière, en pensant initialement aux péchés graves commis contre le Saint Sacrement, j’ai pris progressivement pris conscience de mes propres indélicatesses envers ce sacrement de l’Amour. Le Seigneur m’a petit à petit amenée sur un chemin de conversion et de profonde transformation intérieure. Il m’a fait Miséricorde et me fait en retour plus fortement encore découvrir les merveilles de son Amour Miséricordieux pour moi et pour tous les hommes.

Voici le texte de cette amende honorable enseignée par la Vierge Marie et à dire devant le Saint Sacrement :

« Adorable Sauveur, toi qui par un excès ineffable de ton amour a voulu rester au milieu de ton Église jusqu’à la fin des siècles dans le Très Saint Sacrement de l’autel, nous t’adorons.

Tu es comme un pasteur parmi ses brebis, comme un père parmi ses enfants, comme un roi au milieu de son peuple.

Toi qui arrêtes le glaive de la justice divine, répands dans nos cœurs tes torrents de grâces et de bénédictions.

Resplendissement de la Gloire du Père, toi devant qui les anges se prosternent, nos yeux, aveuglés par ta sainteté, se fixent humblement sur les voiles mystérieux qui te cachent à nos regards.

Couverts de confusion à la vue de nos péchés, nous nous exposons devant toi avec un cœur brisé et humilié. Nous te faisons amende honorable pour le manque de respect de ton peuple à l’égard de ta présence eucharistique, pour sa négligence à te rendre hommage et à te recevoir dans les dispositions convenables, pour les outrages que tu as reçus et que tu ne cesses de recevoir.

O Principe adorable de l’unité sainte de ton Église, rends-nous toujours plus chers et plus précieux les liens sacrés qui nous unissent dans son sein. Dissipe l’ombre de toute erreur. Étouffe toute semence de division et de trouble. Conduis-nous avec tous nos frères et sœurs chrétiens à l’unité visible et parfaite dans la même profession de foi des apôtres et dans la pleine communion avec le successeur de Pierre. Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen. »

Pour lire l’intégralité de CE NUMÉRO SPÉCIAL EUCHARISTIE ET MIRACLES EUCHARISTIQUES

S’abonner maintenant à Il est vivant! pour 29 €/an ici (et vous recevrez ce numéro)
– Commander ce numéro ici