Web. Un site nommé Jésus

Lancé en novembre par la conférence des évêques de France, le site Rencontrer Jésus avait engrangé plus de 20.000 visites dès sa première semaine. Objectif : répondre aux questions des internautes sur la figure de Jésus. Lancement réussi !

Par Claire Villemain

Il y a encore quelques mois, quand on cherchait « Jésus », « Noël » ou « Dieu » sur Google, il fallait faire défiler les pages avant d’obtenir des réponses claires,  précises et accessibles à tous sur le sujet. La présence d’un site web grand public était donc une urgence pour l’Église de France. « Certains diocèses avaient déjà pris des initiatives, relève Anne Keller, responsable de la communication digitale pour la conférence des évêques de France (CEF). Mais une personne loin de la foi ne va pas consulter le site de son diocèse puisqu’il ignore même qu’un « diocèse » puisse exister…  Au lieu de monter 100 sites, il était nécessaire de mener un projet commun à toute l’Église de France. » Mi-novembre 2013, le site « Rencontrer Jésus » est mis en ligne.

L’intérêt des internautes
Un design soigné, la navigation ultra fluide et ludique, le contenu varié et ajusté. Bref, le pari fonctionne puisqu’en quelques jours, plus de 20.000 internautes franchissent le pas. Et mieux, l’interaction a rapidement démarré, comme en témoigne un de ces premiers messages : « Je suis en école de commerce et, avec un ami, nous nous posons des questions sur Dieu. Voici notre liste : … » De l’existence d’un homme-Dieu à l’idée que Jésus ait pu avoir des frères et sœurs, de l’intérêt de mourir sur une croix, à celui de prier ou même de croire : les questions sont multiples, variées, profondes, étonnantes. Certains demandent même spontanément à témoigner en ligne de leur chemin de conversion. « Certains nous remercient pour le lancement de ce site, ajoute Anne Keller, témoignant qu’ils cherchaient ce genre de réponses depuis longtemps. »

Un visage de l’Église
Si ce site est né, c’est aussi parce que des laïcs, des prêtres et des évêques ont pris très au sérieux cette interpellation du pape Benoît XVI, puis de François, d’habiter et d’évangéliser le continent numérique. Qui plus est au moment où se tenait, à Rome, un synode sur la nouvelle évangélisation, et où la place de l’Eglise sur le web sortait comme un fort questionnement. Un véritable travail d’équipe s’est mis en route, avec la contribution d’une centaine de personnes, allant des professionnels du numérique aux services de catéchuménat, des diocèses aux communautés religieuses en passant par le monde de l’art. Ce qui donne à « Rencontrer Jésus » un visage complet et pluri-propositionnel. On y trouve ainsi des « questions » qui donnent lieu à des courts articles de fond, des vidéos de témoignages, des œuvres d’art décryptées. Quant au contenu et au ton adopté, l’accent a été porté sur l’importance d’être « lisible » par tous : « Les articles ont été relus avec attention par des catéchumènes et des recommençants, souligne Anne Keller. C’était une vraie exigence, car le risque était de tomber dans un langage interne et manquer notre objectif. »

www.jesus.catholique.fr 

Il l’a dit

« Pour donner des réponses adaptées à ces questions au sein des grands changements culturels dont le monde des jeunes est particulièrement averti, les voies de communication ouvertes par les conquêtes technologiques sont désormais un moyen indispensable. En effet, le monde numérique, en mettant à disposition des moyens qui offrent une capacité d’expression presque illimitée, ouvre de considérables perspectives d’actualisations à l’exhortation Paulinienne : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Corinthiens 9, 16). Avec leur diffusion, par conséquent, la responsabilité de l’annonce non seulement s’accroît, mais se fait plus pressante et réclame un engagement plus motivé et efficace. »
Benoît XVI, 16 mai 2010, 44e Journée mondiale des communications sociales

Un autre site voit le jour: Questions essentielles

Un autre angle a été choisi par ce tout nouveau site : répondre aux questions essentielles, voire existentielles des internautes. « Quand on sait que les trois questions les plus tapées sur Google sont : Qu’est-ce que l’amour ?, Qui est Dieu ? et Comment embrasser ?, cela donne une idée sur les questionnements de nos contemporains, indique Jean-Baptiste Maillard. Ce jeune père de famille est à l’origine de ce site avec d’autres membres de la communauté de l’Emmanuel. Auteur de l’enquête « Dieu et Internet » parue en 2011, il connaît bien les rouages du web. « En étudiant un peu les mots clés, on remarque par exemple que le thème de la vie après la mort est une question très recherchée. C’est donc en utilisant les outils des publicitaires qui font des enchères sur les mots clés que l’on arrive à rejoindre les personnes dans leurs questionnements. » Si Dieu existe, pourquoi le mal et la souffrance ? Les astres guident-ils ma vie ? A quoi bon prier ? Jésus est-il un simple gourou ? Ce site se veut également participatif en proposant aux internautes de poser eux-mêmes leurs questions et d’entrer en dialogue, discuter entre eux autour des questions soulevées. « Nous voulions enfin permettre aux personnes de s’approprier le concept en proposant des cartes de visite à distribuer autour de soi » ajoute Jean-Baptiste, conscient que le travail d’évangélisation sur Internet n’en est qu’à ses balbutiements.

www.questionsessentielles.com

 

Leave a Reply